"Toujours vivant, rassurez-vous2016 semi olonnes

Toujours la banane, toujours debout"

Voilà les mots choisis par le revenant Renaud pour s'adresser à son public lors de son grand retour, après sa longue période d'inactivité...

Inactivité tout aussi profonde pour notre blog, réduit lui aussi à l'état d'épave pendant de nombreux mois. Peut-être que certains de nos lecteurs auront cru que nos carrières de coureurs étaient terminées ?

Rassure-toi Gaël, je ne vais pas traiter nos lecteurs de "trous du c**", pas plus que je ne vais enfiler les santiags et le blouson en cuir pour nos prochaines séances ensemble (qui approchent à grands pas). Le parallèle a ses limites même si comme on va le voir, le monde de la course à pied peut trouver quelques références dans le répertoire du chanteur au blouson en jean et foulard rouge !

Pour notre retour au premier plan ce n'est pas 1 mais 2 reportages que vous allez avoir. Car le semi des Olonnes est toujours précédé de la "Course du souffle" la veille au moment du retrait des dossards.

LA COURSE DU SOUFFLE

ISWP0001

 

Notre Flavio est très remonté comme toujours à l'idée de courir ce 800m. Une grosse concentration précède le moment où les enfants sont pris en charge pour un échauffement collectif sympa sur la piste.

 

Puis tout ce petit monde se regroupe sur la ligne de départ, à savoir une cinquantaine de loulous excités par l'ambiance de course. La coach Isabelle a beau essayer de raisonner la troupe sur l'allure à adopter, ça s'emballe au coup de pétard et une petite chute a même lieu.

 

 

ISWP0023

 

Le paquet finit par s'étirer sur la ligne d'en face et déjà le duo de tête revient pour le passage aux 400m ! Flavio est situé dans un peloton de chasse peut-être une dizaine de mètres derrière.

 

J'ai un peu peur en regardant le temps intermédiaire : passage en 1'38 ce qui me semble trop rapide. C'est que l'hiver a été long et nos petits athlètes n'ont pas pu s'exercer sur la distance dans le gymnase.

 

ISWP0048

 

Mais finalement le 2e tour s'enchaîne plutôt bien. Les deux premiers finissent un peu détachés mais Flavio a gardé une allure plutôt régulière et il arrive dans la roue d'une blondinette à qui il rend une bonne tête ! Je l'encourage à finir au sprint... et il le fait !!!

Tandis qu'il se focalise pendant de longues minutes sur sa place à l'arrivée (mais comment, tu n'as pas compté pour savoir si j'étais 5e ou 6e ???!), je préfère noter son chrono de 3'19 soit environ 14,5 km/h.

"Laisse béton" pour que je tienne cette allure demain sur le semi moi...

 

 

LE SEMI

Mais ce n'est pas parce que la relève nous pousse vers la sortie, en passant tout d'abord par la case Vétérans (pudiquement rebaptisée "Masters" !), qu'il faut se laisser faire aussi facilement.

 

ISWP0113

C'est armé d'une belle motivation, moi aussi, que j'arrive sur le site le lendemain matin. Echauffement moitié vélo, moitié footing avec le beau poncho en plastique Ouest France. Je vais viser 1h40 avec un petit espoir d'aller en dessous parce que les 4'35 passaient bien à l'entraînement.

Quelles sont les conditions ? Eh bien avec une bonne dose de chance, elles sont idéales : le soleil est sorti contrairement à ces derniers jours, un peu comme s'il disait " dès que le vent soufflera, je repartira ". De vent pour l'instant, il y en a très peu ce qui est un obstacle de moins pour les allers-retours sur le bord de mer.

Niveau concurrence ? Outre le plateau élite habituel, nous battons le record de participation à savoir 1300 runners. Bien plus que "500 connards sur la ligne de départ" !!

ISWP0104

 

Et nous voici lâchés, qui plus est en légère descente, avec la belle vue sur la baie des Sables. L'avenue est bien large et de petits pelotons se créent de manière très fluide. Passage en 4'20 au premier km, pour l'instant c'est facile, il faut juste lever un peu le pied... ce qui par contre n'est pas si aisé sur du plat, avec du public autour...

Après avoir contourné le lac de Tanchet on entame un aller-retour sur le Remblai (front de mer). C'est là que mes plus grand fans ont pris place. Eux ont toujours cru en moi, même quand je ne vendais plus un seul disque ! Pas le temps de s'arrêter "m'asseoir sur un banc, 5 minutes avec eux"...

 

 

ISWP0132

Toujours sur un tempo un peu plus rapide que prévu, je passe aux 5 km en 22'41 et la course se dirige maintenant vers le Puits d'Enfer. Allure régulière et je suis étonné de ressentir un tel confort respiratoire. Remarque je n'ai jamais rien bu ni fumé moi !!

 

Avec grand intérêt je guette mon temps de passage aux 10 km : il se fait en 45'27" au lieu du 47'30" prévu. Surtout, j'encaisse bien les petites montées et descentes qui m'avaient fait tellement mal sur le 10 l'an dernier. Je me dis que sauf défaillance je peux commencer à revoir l'objectif à la hausse.

 

ISWP0172

 

A partir de maintenant, j'instaure un petit rituel à chaque ravito : un petit morceau de sucre ou quelques raisins secs, et un verre d'eau. Meilleur plan qu'un litre de pastis quotidien pour tenir l'objectif !!!

 

Arrivé au 15-16e kilomètre, je suis confiant parce que je sais qu'il n'y a pas de mur au semi. Il ne me reste plus qu'à accélérer très progressivement et reprendre un bon paquet de coureurs ce qui est d'autant plus motivant.

 

 

ISWP0265

 

Après la montée du zoo, je sais que nous finissons par un tour dans le stade avec l'ambiance des tribunes chauffées comme toujours par Daniel. Je me régale à finir en coup de vent, bien sûr en "mistral gagnant" !! Ce qui me permet d'accrocher un chrono intéressant de 1 h 35'26".

 

Pas encore de quoi occuper la tête du classement comme l'album de Renaud qui s'est propulsé tout de suite en tête des ventes...

 

 

ISWP0274Mais quand même de quoi me donner envie de revenir partager ces bons moments avec nos fidèles lecteurs et relancer la courbe des connexions vers les sommets !

 

Bientôt, c'est Gaël qui va pouvoir écrire :

"J'suis retapé, remis sur pieds,

Droit sur mes guibolles, ressuscité" !

A vous de jouer ! Montrez-nous que vous êtes "morgane de nous" !!!

Nono